Un week-end cochon

17/02/2018

Cette fois, Auze la culture a partagé les traditions des hauts plateaux en organisant un weekend de préparation charcutière à base de cochon !

Lutter contre la standardisation des goûts, œuvrer pour une qualité irréprochable, pas trop de sel, les sucres, colorants et autres additifs au rayon des introuvables, nous voilà partis pour une découverte où il faudra retrousser les manches pour découvrir cette mémoire vivante de la vie paysanne.

D’abord, bien stocker et préparer à l’avance les choux, l’ail, les oignons, agencer les tables et les trépieds et brûleurs, prévoir les poubelles, torchons et plateaux de découpe.

Ensuite, il faut découper l’invité d’honneur pour sa transformation du lendemain … où il faut se lever tôt, dans le froid, faire tout de suite chauffer l’eau dans de grandes marmites.

Enfiler les grands tabliers blancs irréprochables de cuisinier (merci Thierry !), mettre le bonnet (toute une journée à l’air des plateaux, ça fatigue…), le café brûlant à disposition, et sortir ses couteaux bien affutés.

Puis couper, désosser, scier, vider, détailler, trier, hacher, pétrir, mouler, dessaler, peser, dérouler, embosser, dégraisser, bouillir, stériliser, ensacher, répartir, et voilà, c’est emballé !

La cadence est soutenue, le travail sérieux et concentré (attention, ça coupe !), précision, rapidité, on n’est pas au top mais on s’applique !

On a froid, la pause est bienvenue et une belle fricassée de midi avec boudin, foie, cœur, oignons et pommes de terre revenues  au gras nous tient au chaud toute l’après-midi.

Le soir, c’est la ripaille avec tous, ceux qui ont participé ces deux jours et les autres, les sympathisants frileux …

On déguste les préparations fraiches, le bouillon, lui, est brûlant avec oignons, poireaux, carottes et pommes de terre qui ont barboté longtemps avec les os et la viande fraiche.

Il y a à la clef de magnifiques paniers garnis à prix coûtant, avec fromages de tête, saucisses fraiches, saucisses de couenne, barquettes de chair à saucisse, saucissons frais, bocaux de terrine, caillettes aux choux, côtes de porc fraiches et les inévitables morceaux de graisse pour faire revenir les pommes de terre !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager sur Facebook
Please reload