Auze la culture s'envoie en l'air

Un dimanche de grisaille bien occupé, avec une descente sur Saint Etienne direction le planétarium pour une vision en 3D de « Dream to Fly », un superbe court-métrage sur l’histoire de l’aviation suivi d’une observation du ciel étoilé de la nuit à venir dans le dôme du planétarium. S’est ensuivie une envolée dans la Grande Roue au dessus des toits stéphanois plus une escapade rotative dans le manège de la place de l’Hôtel de Ville. Le retour s’est fait avec une pause casse-croûte chez Lisa et le privilège de déguster un très vieux beaujolais nouveau, celui de Daniel, une bouteille de 1996 (si, si, du beaujolais nouveau oublié dans la cave …).

Edwy Plenel à L'Arbre vagabond

À l'occasion du mois du Vivre ensemble sur le Plateau. Comment l’Homme a-t-il évolué au point de ne plus savoir vivre avec tous les autres ? Pourquoi avons-nous été persuadés d’être supérieurs aux autres, dans nos communautés, nos religions ? Pourquoi passons-nous de l’état d’Homo Sapiens (l’Homme savant) à l’Homo démens, qui se dévore lui-même, capable de crimes contre l’humanité ? Ces questions, développées par Edwy Plenel lors de sa conférence, ont captivé l’assistance dont faisait partie Auze la culture tout au long de cette fin d’après-midi du dimanche à L’Arbre vagabond.

Cent ans déjà !

Une certaine nostalgie, tant pour ceux qui ont connu leurs aïeux partis (et revenus) du front que pour ceux qui imaginent cette Première Guerre. Nous avons assisté à la cérémonie, fleurs, fanfare, discours et lectures des enfants. Seuls comptaient le ciel pur, le vent violent et les bleuets à la boutonnière des anciens. Ensuite, une grande marche dans le froid du Lizieux, le coup de chaud dans la montée de Mirande, la marche sur les prémices des Plateaux, la sortie des forêts pour aspirer tout cet air qui fait oublier les guerres et la misère de l’Homme. Évidemment, une finition Auze la culture avec un repas maison chez Evelyne et Marc, un moment d’apaisement et de pur plaisir !